L’établissement de bonnes relations avec les médias est indispensable dans tous les secteurs. Toute entreprise, association, institution a besoin d’un bon service de presse capable d’accomplir cette tâche indispensable et complexe. Mais que fait réellement un bureau de presse ? Et comment la construire, si vous n’en avez pas une efficace ? Dans ce billet, nous allons essayer de répondre à toutes les questions et aux curiosités les plus courantes sur ce sujet.

A quoi sert un bureau de presse

En termes simples, le travail d’un service de presse consiste à créer puis à entretenir des relations avec les médias afin d’assurer la diffusion de certains contenus. Qu’il s’agisse d’informations sur les produits d’une marque ou sur les décisions d’un ministère, le travail de base est le même. Il s’agira toujours d’établir et d’entretenir des relations avec des journalistes et des professionnels des médias, qu’ils soient généralistes ou spécialisés, qui peuvent diffuser certaines informations. De plus en plus, le service de presse est également chargé de gérer directement la communication avec le public, de créer et de gérer le contenu des sites web et des profils sociaux.

Qui travaille dans un bureau de presse ?

En fonction de la complexité et du budget disponible, le bureau de presse peut ressembler à une véritable “salle de rédaction”, avec des employés et des hiérarchies, ou se composer d’un seul pigiste avec un ordinateur portable et un téléphone. Et il n’est pas du tout certain que la première configuration soit nécessairement plus efficace que la seconde.

Qui en a besoin ?

Aucune entreprise, institution publique, ONG, organisation à but non lucratif, association culturelle ou sportive ne peut prospérer sans une bonne stratégie de relations publiques. Que vous choisissiez de le gérer en interne ou de le confier à un professionnel ou à une agence, que vous l’utilisiez en permanence ou uniquement lors de lancements de produits ou d’événements spéciaux, toute personne en contact avec le public aura tôt ou tard besoin d’un service de presse.

Comment débuter dans le travail de bureau de presse ?

Est-il possible pour une entreprise de partir de zéro ? Théoriquement, oui, à condition d’engager des professionnels compétents dans les domaines de la gestion de la réputation et des relations avec la presse. Si vous faites appel à une agence, vous achetez bien sûr un “package” qui fonctionne déjà, tandis que si vous choisissez d’avoir votre propre bureau de presse interne, vous devrez engager des experts en relations publiques disposant d’un bon portefeuille de contacts dans le domaine de la communication. Les compétences les plus importantes sont celles liées à la gestion de la marque, à la rédaction de textes et à la gestion de situations complexes et de crise. Si le budget le permet, vous pouvez alors investir dans des actifs qui vous permettent d’enrichir la communication, comme des photos et des vidéos professionnelles, la conception de sites web et des graphiques. Si vous voulez commencer à travailler comme attaché de presse, vous pouvez trouver de nombreux cours spécifiques, tant dans les lycées que dans les établissements privés. L’outil le plus important est toutefois la curiosité : la première chose à faire est de lire un maximum de communiqués de presse. Lesquelles fonctionnent et lesquelles ne fonctionnent pas ? Qu’est-ce qui les rend plus ou moins efficaces ? En quoi le communiqué de presse d’un ministère diffère-t-il de celui d’un artiste ? Il est important de se familiariser avec les différents tons et styles qui peuvent être utilisés dans ce domaine.

Identité et stratégie

Le service de presse, il faut le rappeler, doit toujours incarner la personnalité de la marque, définir son “ton de voix” et le promouvoir à tous les niveaux et à tout moment. Les caractéristiques de cette personnalité doivent être décidées à l’avance, en fonction du produit et du public cible, puis elles doivent constituer les lignes directrices des activités du bureau de presse. Ces lignes directrices pourraient inclure, par exemple, l’identité chromatique de la marque, un style textuel ou visuel particulier, une série de mots-clés à utiliser régulièrement, mais aussi une liste de termes et d’expressions à éviter. Vous aurez également besoin d’un ensemble de lignes directrices sur la manière de s’adresser aux différents publics. Une marque qui a une identité très informelle et amicale lorsqu’elle communique avec le public, par exemple, devra néanmoins conserver un comportement plus formel et un ton plus sobre lorsqu’elle communique dans l’arène B2B.